jeudi 21 décembre 2017

Éphémérides



Femme d'une beauté fulgurante, d'une très grande intériorité spirituelle, exemple
de la vraie féminité et de la sainteté: elle adora et craignit l'Éternel
sous ses commandements et les lois de sa Sainte Église
vécut de la grâce du Saint Sacrement Eucharistique


Epítome de la feminidad, modestia y
gracia de la mujer católica (1921)

María Magdalena

Con sus ojos azules, profundamente azules,
como una sensitiva joven y fina y leve,
con sus ojos azules, profundamente azules,
fue bella y se llamaba la Reina Blanca Nieve.

...Y dicen que la rosa, la más hermosa rosa,
la fragancia exquisita de su boca no efluvia
y que la primavera, para ser más hermosa,
ya quisiera tener su cabellera rubia.

Así comienza el cuento de la reina que un día,
junto a la bulla blanca que la lysiera hacía,
murió mientras cantaban los más dulces bulbules;

porque pudiera ser, muñeca fina y leve,
que haya tenido envidia de tus ojos azules
la Reina Blanca Nieve . . . !

Poema de José Romero y Cordero (Cuenca, 1895-Quito, 1967).

Tomado de Presencia de la poesía cuencana, vol. 40
Imprenta de la Universidad de Cuenca (1965)


«Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance je ne reçois de la plupart que des ingratitudes, par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les froideurs et les mépris qu’ils ont pour moi dans ce Sacrement d’amour. Mais ce qui m’est encore le plus sensible est que ce sont des cœurs qui me sont consacrés qui en usent ainsi. »
(Révélation à Sainte Marguerite-Marie d'Alacoque, 1675)


Jeune communiante, se préparant
à recevoir Notre Seigneur
Corps, Sang, Âme et Divinité (1911)


Tags: 
Catholicisme   Féminité   Crise sociale

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire